PUBLICATIONS ET ARTICLES

Mettre fin aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) – Pourquoi et Comment ?

SOURCE : UNFPA

Qu’est-ce que les mutilations génitales féminines (MGF) ?

Les MGF désignent toutes les procédures impliquant l’ablation partielle ou totale des organes génitaux externes féminins ou d’autres lésions des organes génitaux féminins pour des raisons culturelles ou autres raisons non médicales.

Combien de femmes et de filles sont concernées ?

On estime que 200 millions de filles et de femmes en vie aujourd’hui auraient subi des MGF ; mais les taux de MGF augmentent, reflet de la croissance démographique mondiale. Les filles et les femmes qui ont subi des MGF vivent principalement en Afrique subsaharienne et dans les États arabes, mais les MGF sont également pratiquées dans certains pays d’Asie, d’Europe de l’Est et d’Amérique latine. Elle est également pratiquée parmi les populations migrantes à travers l’Europe, l’Amérique du Nord, l’Australie et la Nouvelle-Zélande. (Voir plus.) Si les pratiques de MGF se maintiennent à des niveaux récents, 68 millions de filles seront excisées entre 2015 et 2030 dans 25 pays où les MGF sont pratiquées de manière routinière et des données plus récentes sont disponibles. Un défi majeur consiste non seulement à protéger les filles qui sont actuellement à risque, mais aussi à garantir que celles qui naîtront à l’avenir seront à l’abri des dangers de la pratique. Ceci est particulièrement important étant donné que les pays où se concentrent les MGF connaissent généralement une forte croissance démographique et ont une importante population de jeunes. En 2019, on estime que 4,1 millions de filles seront excisées. Ce nombre de filles excisées chaque année devrait atteindre 4,6 millions de filles en 2030.

Comment les MGF affectent-elles la santé des femmes et des filles ?

Les MGF ont de graves implications pour la santé sexuelle et reproductive des filles et des femmes. Les effets des MGF dépendent d’un certain nombre de facteurs, dont le type de pratique, l’expertise du praticien, les conditions d’hygiène dans lesquelles elle est pratiquée, le degré de résistance et l’état de santé général de la fille/femme subissant la procédure. Des complications peuvent survenir dans tous les types de MGF, mais sont plus fréquentes avec l’infibulation. Les complications immédiates comprennent une douleur intense, un choc, une hémorragie, un tétanos ou une infection, une rétention d’urine, une ulcération de la région génitale et une lésion des tissus adjacents, une infection de la plaie, une infection urinaire, de la fièvre et une septicémie. Les hémorragies et les infections peuvent être suffisamment graves pour entraîner la mort. Les conséquences à long terme comprennent des complications pendant l’accouchement, une anémie, la formation de kystes et d’abcès, la formation de cicatrices chéloïdes, des lésions de l’urètre entraînant une incontinence urinaire, une dyspareunie (rapports sexuels douloureux), un dysfonctionnement sexuel, une hypersensibilité de la région génitale et un risque accru de la transmission du VIH, ainsi que les effets psychologiques. L’infibulation, ou MGF de type III, peut provoquer une obstruction vaginale complète entraînant une accumulation du flux menstruel dans le vagin et l’utérus. L’infibulation crée une barrière physique aux rapports sexuels et à l’accouchement. Une femme infibulée doit donc subir une dilatation progressive de l’orifice vaginal avant que les rapports sexuels puissent avoir lieu. Souvent, les femmes infibulées sont ouvertes la première nuit du mariage (par le mari ou une circonciseuse) pour permettre au mari d’être intime avec sa femme. Lors de l’accouchement, de nombreuses femmes doivent également être coupées à nouveau car l’ouverture vaginale est trop petite pour permettre le passage d’un bébé. L’infibulation est également liée aux troubles menstruels et urinaires, aux infections récurrentes de la vessie et des voies urinaires, aux fistules et à l’infertilité.

Quelles sont les conséquences pour l’accouchement ?

Une étude récente a révélé que, par rapport aux femmes qui n’avaient pas subi de MGF, celles qui avaient subi des MGF couraient un risque significativement plus élevé de nécessiter une césarienne, une épisiotomie et un séjour prolongé à l’hôpital, ainsi que de souffrir d’hémorragie post-partum. Les femmes qui ont subi une infibulation sont plus susceptibles de souffrir d’un travail prolongé et dystocique, entraînant parfois la mort fœtale et la fistule obstétricale. Les nourrissons de mères qui ont subi des formes plus étendues de MGF courent un risque accru de mourir à la naissance. Des estimations très récentes de l’OMS, de l’UNICEF, de l’UNFPA, de la Banque mondiale et de la Division de la population des Nations Unies révèlent que la plupart des pays à forte prévalence de MGF ont également des taux de mortalité maternelle élevés et un nombre élevé de décès maternels. Deux pays à forte prévalence de MGF font partie des quatre pays avec le plus grand nombre de décès maternels dans le monde. Cinq des pays à forte prévalence ont des taux de mortalité maternelle de 550 pour 100 000 naissances vivantes et plus.

Existe-t-il un lien entre les MGF et le risque d’infection par le VIH ?

Lorsqu’un seul outil est utilisé pour exciser plusieurs filles, comme c’est souvent le cas dans les communautés où de grands groupes de filles sont excisées le même jour lors d’un rite socioculturel, il existe un risque de transmission du VIH. De plus, en raison des dommages causés aux organes sexuels féminins, les rapports sexuels peuvent entraîner la lacération des tissus, ce qui augmente considérablement le risque de transmission du VIH. Il en est de même pour la perte de sang qui accompagne l’accouchement.

Quels sont les effets psychologiques des MGF ?

Les MGF peuvent avoir des effets durables sur les femmes et les filles qui subissent des MGF. Le stress psychologique de la procédure peut déclencher des troubles du comportement chez les enfants, étroitement liés à la perte de confiance et de confiance envers les soignants. À plus long terme, les femmes peuvent ressentir des sentiments d’anxiété et de dépression. Le dysfonctionnement sexuel peut également contribuer aux conflits conjugaux ou au divorce.

Quels sont les différents types de MGF ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a identifié quatre types de MGF : Type I, aussi appelé clitoridectomie : Ablation partielle ou totale du clitoris et/ou du prépuce. Type II, aussi appelé excision : Ablation partielle ou totale du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans excision des grandes lèvres. La quantité de tissus prélevés varie considérablement d’une communauté à l’autre. Type III, aussi appelé infibulation : Rétrécissement de l’orifice vaginal avec un joint de recouvrement. Le joint est formé en coupant et en repositionnant les petites lèvres et/ou les grandes lèvres. Cela peut avoir lieu avec ou sans ablation du clitoris. Type IV : Toutes les autres procédures nuisibles aux organes génitaux féminins à des fins non médicales, par exemple : piqûre, perçage, incision, grattage ou cautérisation. D’autres termes liés aux MGF comprennent l’incision, la désinfibulation et la réinfibulation : L’incision fait référence à la réalisation d’incisions dans le clitoris ou à la libération du prépuce clitoridien, mais elle concerne également les incisions pratiquées dans la paroi vaginale et l’incision du périnée et de la symphyse. La désinfibulation fait référence à la pratique consistant à ouvrir une femme qui a été infibulée pour permettre des rapports sexuels ou pour faciliter l’accouchement. La réinfibulation est la pratique consistant à recoudre les lèvres externes ensemble après la désinfibulation.

Quels types de MGF sont les plus courants ?

Les types I et II sont les plus courants, mais il existe des variations selon les pays. Le type III – infibulation – touche environ 10 pour cent de toutes les femmes touchées et est plus susceptible de se produire en Somalie, dans le nord du Soudan et à Djibouti.

Pourquoi y a-t-il des termes différents pour décrire les MGF, comme l’excision et l’excision ?

La terminologie utilisée pour cette procédure a subi divers changements. Lorsque la pratique a attiré l’attention internationale pour la première fois, elle était généralement appelée « circoncision féminine ». (En Afrique de l’Est et du Nord, ce terme est souvent utilisé pour décrire les MGF de type I.) Cependant, le terme « circoncision féminine » a été critiqué pour établir un parallèle avec la circoncision masculine et créer une confusion entre les deux pratiques distinctes. Ajoutant à la confusion est le fait que les experts de la santé dans de nombreux pays d’Afrique orientale et australe encouragent la circoncision masculine pour réduire la transmission du VIH ; Les MGF, en revanche, peuvent augmenter le risque de transmission du VIH. Il est également parfois avancé que le terme masque les graves effets physiques et psychologiques de l’excision sur les femmes. L’UNFPA n’encourage pas l’utilisation du terme « circoncision féminine » car les implications pour la santé de la circoncision masculine et féminine sont très différentes. Le terme « mutilation génitale féminine » est utilisé par un large éventail d’organisations de défense de la santé des femmes et des droits humains. Elle établit une distinction claire avec la circoncision masculine. L’utilisation du mot « mutilation » souligne également la gravité de l’acte et renforce le fait que la pratique est une violation des droits humains fondamentaux des femmes et des filles. Cette expression a gagné du soutien à la fin des années 1970 et, depuis 1994, elle a été utilisée dans plusieurs documents de conférence des Nations Unies et a servi d’outil de politique et de plaidoyer. Dans la résolution 65/170, les États membres ont clairement indiqué que les mutilations génitales féminines devaient être utilisées pour désigner cette pratique néfaste. À la fin des années 1990, le terme « excision génitale féminine » a été introduit, en partie en réponse au mécontentement suscité par le terme « mutilation génitale féminine ». Il est à craindre que les communautés puissent trouver le terme « mutilation » avilissant, ou qu’il puisse impliquer que les parents ou les praticiens effectuent cette procédure avec malveillance. Certains craignent que le terme « mutilations génitales féminines » puisse aliéner les communautés pratiquantes, voire provoquer un retour de bâton, augmentant éventuellement le nombre de filles soumises à cette pratique. Certaines organisations adoptent les deux termes, faisant référence aux « mutilations/excisions génitales féminines » ou aux MGF/E.

D’où vient la pratique ?

Les origines de la pratique ne sont pas claires. Il est antérieur à la montée du christianisme et de l’islam. On dit que certaines momies égyptiennes présentent des caractéristiques de MGF. Des historiens comme Hérodote prétendent qu’au Ve siècle avant JC, les Phéniciens, les Hittites et les Éthiopiens pratiquaient la circoncision. On rapporte également que des rites de circoncision étaient pratiqués dans les zones tropicales d’Afrique, aux Philippines, par certaines tribus de la Haute Amazonie, par les femmes de la tribu Arunta en Australie, et par certains premiers Romains et Arabes. Aussi récente que dans les années 1950, la clitoridectomie était pratiquée en Europe occidentale et aux États-Unis pour traiter les affections perçues, notamment l’hystérie, l’épilepsie, les troubles mentaux, la masturbation, la nymphomanie et la mélancolie. En d’autres termes, la pratique des MGF a été suivie par de nombreux peuples et sociétés différents à travers les âges et les continents.

A quel âge les MGF sont-elles pratiquées ?

 Cela varie. Dans certaines régions, les MGF sont pratiquées pendant la petite enfance – dès quelques jours après la naissance. Dans d’autres, elle a lieu pendant l’enfance, au moment du mariage, lors de la première grossesse d’une femme ou après la naissance de son premier enfant. Des rapports récents suggèrent que l’âge a baissé dans certaines régions, la plupart des MGF étant pratiquées sur des filles âgées de 0 à 15 ans.

Où sont pratiqués les MGF ?

La pratique peut être trouvée dans les communautés du monde entier. En Afrique, on sait que les MGF sont pratiquées au sein de certaines communautés dans 29 pays : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Tchad, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Djibouti, Égypte, Érythrée, Éthiopie, Gambie, Ghana , Guinée, Guinée-Bissau, Kenya, Libéria, Mali, Mauritanie, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Tanzanie, Togo, Ouganda et Zambie. Certains groupes ethniques des pays asiatiques pratiquent les MGF, notamment dans des communautés en Inde, en Indonésie, en Malaisie, au Pakistan et au Sri Lanka. Au Moyen-Orient, la pratique se produit à Oman, aux Émirats arabes unis et au Yémen, ainsi qu’en Irak, en Iran et dans l’État de Palestine. En Europe de l’Est, des informations récentes montrent que certaines communautés pratiquent les MGF en Géorgie et en Fédération de Russie. En Amérique du Sud, certaines communautés sont connues pour pratiquer les MGF en Colombie, en Équateur, au Panama et au Pérou. Et dans de nombreux pays occidentaux, dont l’Australie, le Canada, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis, le Royaume-Uni et divers pays européens, les MGF sont pratiquées parmi les populations de la diaspora des régions où la pratique est courante.

Qui pratique les MGF ?

Les MGF sont généralement pratiquées par des personnes âgées de la communauté (généralement, mais pas exclusivement, des femmes) désignées pour effectuer cette tâche ou par des accoucheuses traditionnelles. Parmi certaines populations, les MGF peuvent être pratiquées par des tradipraticiens, des barbiers (hommes), des membres de sociétés secrètes, des herboristes ou parfois une parente. Dans certains cas, des professionnels de la santé pratiquent des MGF. C’est ce qu’on appelle la « médicalisation » des MGF. Selon de récentes estimations de l’UNFPA, environ une fille sur cinq soumise aux MGF a été excisée par un prestataire de soins de santé qualifié. Dans certains pays, cela peut atteindre jusqu’à trois filles sur quatre. Selon les estimations des enquêtes démographiques et sanitaires et des enquêtes en grappes à indicateurs multiples, les pays où la majorité des cas de MGF sont pratiquées par des agents de santé sont l’Égypte (38 %), le Soudan (67 %), le Kenya (15 %), le Nigéria (13 %). et Guinée (15%).

Quels instruments sont utilisés pour pratiquer les MGF ?

 Les MGF sont réalisées avec des couteaux spéciaux, des ciseaux, des scalpels, des morceaux de verre ou des lames de rasoir. Les anesthésiques et les antiseptiques ne sont généralement pas utilisés à moins que la procédure ne soit effectuée par des médecins. Dans les communautés où l’infibulation est pratiquée, les jambes des filles sont souvent liées ensemble pour les immobiliser pendant 10 à 14 jours, permettant la formation de tissu cicatriciel.

Pourquoi les MGF sont-elles pratiquées ?

Dans toutes les sociétés où elles sont pratiquées, les mutilations génitales féminines sont une manifestation d’inégalités de genre profondément enracinées. Là où elles sont largement pratiquées, les MGF sont soutenues à la fois par les hommes et les femmes, généralement sans aucun doute, et toute personne qui ne respecte pas la norme peut être condamnée, harcelée et ostracisée. Il peut être difficile pour les familles d’abandonner la pratique sans le soutien de la communauté au sens large. En fait, elle est souvent pratiquée même lorsqu’elle est connue pour infliger des dommages aux filles parce que les avantages sociaux perçus de la pratique sont jugés supérieurs à ses inconvénients. Les raisons invoquées pour la pratique des MGF se répartissent généralement en cinq catégories : Raisons psychosexuelles : les MGF sont pratiquées comme moyen de contrôler la sexualité des femmes, qui est parfois dite insatiable si des parties des organes génitaux, en particulier le clitoris, ne sont pas enlevées. On pense qu’il assure la virginité avant le mariage et la fidélité après, et augmente le plaisir sexuel masculin. Raisons sociologiques et culturelles : les MGF sont considérées comme faisant partie de l’initiation d’une fille à la féminité et comme une partie intrinsèque du patrimoine culturel d’une communauté. Parfois, les mythes sur les organes génitaux féminins (par exemple, qu’un clitoris non coupé atteindra la taille d’un pénis, ou que les MGF amélioreront la fertilité ou favoriseront la survie de l’enfant) perpétuent la pratique. Raisons d’hygiène et d’esthétique : Dans certaines communautés, les organes génitaux externes féminins sont considérés comme sales et laids et sont retirés, ostensiblement pour promouvoir l’hygiène et l’esthétique. Raisons religieuses : Bien que les MGF ne soient approuvées ni par l’islam ni par le christianisme, une prétendue doctrine religieuse est souvent utilisée pour justifier la pratique. Facteurs socio-économiques : Dans de nombreuses communautés, les MGF sont une condition préalable au mariage. Lorsque les femmes dépendent largement des hommes, la nécessité économique peut être un moteur majeur de la procédure. Les MGF sont parfois une condition préalable au droit d’hériter. Il peut également être une source de revenus importante pour les praticiens.

Les MGF sont-elles exigées par certaines religions ?

 Aucune religion ne promeut ni ne tolère les MGF. Pourtant, plus de la moitié des filles et des femmes dans quatre des 14 pays pour lesquels des données sont disponibles considéraient les MGF comme une exigence religieuse. Et bien que les MGF soient souvent perçues comme étant liées à l’islam, peut-être parce qu’elles sont pratiquées par de nombreux groupes musulmans, tous les groupes islamiques ne pratiquent pas les MGF, et de nombreux groupes non islamiques le font, y compris certains chrétiens, juifs éthiopiens et adeptes de certaines traditions africaines. Les MGF sont donc une pratique culturelle plutôt que religieuse. En fait, de nombreux chefs religieux l’ont dénoncé.

Quels instruments internationaux et régionaux peuvent être référencés pour l’élimination des MGF ?

La plupart des gouvernements des pays où les MGF sont pratiqués ont ratifié des conventions et déclarations internationales qui prévoient des dispositions pour la promotion et la protection de la santé des femmes et des filles. Par exemple:

1948 La Déclaration universelle des droits de l’homme

1951 La Convention relative au statut des réfugiés

1966 Les Pactes internationaux relatifs aux droits civils et politiques et aux droits économiques, sociaux et culturels

1979 La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes

1984 La Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants 1989 La Convention relative aux droits de l’enfant

1993 La Déclaration de Vienne et le Programme d’action de la Conférence mondiale sur les droits de l’homme

1994 Le programme de la Conférence internationale sur la population et le développement 1995 Le Programme d’action de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes

1997 La Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples

1998 La Déclaration d’Addis-Abeba sur la violence à l’égard des femmes

1999 Le Comité social, humanitaire et culturel des Nations Unies

2000 Actions et initiatives supplémentaires pour mettre en œuvre la Déclaration et le Programme d’action de Beijing

 2003 Le Protocole à la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, relatif aux droits des femmes en Afrique

2007 Commission de la condition de la femme

Laisser un commentaire