#CraoFem2021

INTRODUCTION

La conférence régionale des pays de l’Afrique de l’Ouest qui se tiendra les 13 et 14 décembre 2021 est une initiative du Réseau des Femmes Leaders pour le Développement.

Cette conférence régionale cherche à fournir un espace civique structuré pour développer des collaborations stratégiques, élaborer des propositions et des informations vitales avec des objectifs ambitieux concernant le respect des droits de l’homme en Afrique de l’Ouest. Cette concertation régionale, fruit du partenariat réussi entre le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement (RFLD) et ses partenaires comprend des discussions politiques entre des experts de l’Union africaine , les Institutions Nationale des Droits de l’Homme en Afrique de l’Ouest, les Organisations de la société civile ( OSC), les institutions académiques, les médias et d’autres parties prenantes régionales et nationales, ainsi que des partenaires de développement.

DESCRIPTION

Le développement de l’Afrique est aujourd’hui confronté à de sérieux défis. Comment expliquer les nombreux cas de violations et l’instrumentalisation habituelle des droits humains dans les Etats africains et comment mettre un terme à ces abus ? Nombreux sont les cas qui constituent le paradigme de cette instrumentalisation et violation où les droits humains se transforment en impératifs hypothétiques et en armes diverses à mobiliser dans les batailles politiques.

Cette tendance est de discriminer les femmes par la ségrégation professionnelle qui conduit par la suite à une discrimination salariale. Lors de la survenance de catastrophes naturelles comme le changement climatique et d’autres phénomènes comme la crise pandémique de Covid-19, les femmes sont les premières victimes à être affectées négativement, car elles sont caricaturées comme ayant un faible niveau de résilience. Les coûts d’opportunité liés au manque d’accès à l’eau potable, par exemple, pèsent de manière disproportionnée sur les jeunes filles et les femmes. On peut alors en déduire que les droits humains ne sont pas pleinement respectés dans les Etats africains du fait de l’inefficacité des sanctions judiciaires.

Les catastrophes naturelles, les conflits, les effets du changement climatique et d’autres facteurs liés à la pandémie de Covid-19 ont laissé un grand nombre de civils dans le besoin d’une aide humanitaire. Ces personnes se retrouvent souvent dans des situations prolongées où les solutions sont devenues illusoires.

Ainsi, pour prendre des mesures concrètes pour plus de résultats, les femmes défenseures des droits humains mettront en place des actions cohérentes pour lutter pour le respect des droits humains. L’arme la plus importante pour restituer aux peuples africains et conjuguer dans le passé toutes les discriminations subies par les femmes apparaît donc comme la solidarité.

OBJECTIFS

Objectif général : Consolider les alliances des femmes défenseures des droits de l’homme pour un meilleur épanouissement de leurs droits socio-culturels et économiques


Objectif spécifique: Identifier les collaborations stratégiques et les actions visant à renforcer la contribution des Femmes Défenseures des Droits de l’Homme aux solutions durables 

RESULTATS ATTENDUS

À l’issue de cette conférence et au vue de certaines observations pertinentes, les participants s’attendent à ce que :

  • Déroulement complet de la Conférence Régionale
  • Plan d’action sur le rôle des Femmes  Défenseures des Droits de l’Homme dans la recherche de solutions durables pour la violation des droits humains.

Aussi, de ce plan d’action, les participants feront des plaidoyers nationaux à ce que :  

  • Les gouvernements mettent en place des mécanismes crédibles, transparentes, redevables et accessibles aux femmes à la base.
  • Pour cela, les institutions nationales des droits de l’homme se doivent de revoir les lois et pratiques en vigueur et recommander les réformes appropriées. Ceci permettra de mettre fin aux obstacles existant et garantir aux communautés la sécurité de leurs droits en tant qu’individus
  • Réaliser des audits indépendants des violations des droits de l’homme et des enfreintes aux politiques nationales de protection des hommes en cas de catastrophes naturelles.
  • Pour assurer leur responsabilisation en ce qui concerne le respect des droits de l’homme, les gouvernants se doivent d’adopter des normes volontaires et s’assurer que leurs mécanismes de plaintes sont ouverts et accessibles aux communautés sans discrimination aucune.
  • En tant que garants du respect des droits de l’homme, les gouvernements des peuples de l’Afrique de l’Ouest doivent aussi adopter des standards de bonnes pratiques internationaux en phase avec les lois internationales pour la protection des droits de l’homme, et contrôler que les institutions s’y conforment.

PARTIES PRENANTES / PARTICIPANTS

  • Experts de la CEDEAO / ECOWAS
  • Rapporteurs Spéciaux de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP)
  • Experts du Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant (ACERWC)
  • Institutions nationales africaines des droits de l’homme
  • Acteurs étatiques pertinents
  • Partenaires au développement
  • Organisations de la société civile
  • Media

La date limite d’inscription au panel est le 20 novembre.

Si vous souhaitez participer, veuillez nous envoyer votre note conceptuelle avant la date limite à admin@rflgd.org.

Le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement (RFLD) invite les partenaires nationaux, régionaux, et internationaux à nous écrire au Secrétariat du RFLD sur ADMIN@RFLGD.ORG pour être Partenaire sur cette rencontre régionale.