ESPACE CIVIQUE

Malgré d’importants progrès observés au niveau des droits des femmes et de l’égalité genre, plusieurs obstacles considérables persistent encore et empêchent la pleine application de la démocratie, de l’état de droit, des droits politiques, et l’engagement civique de la gent féminine. Les femmes sont toujours sous-représentées dans les instances politiques et celles de prises de décisions. Leur leadership et leur participation à la vie politique se trouvent menacés.

Dans la majeurs partie des pays de l’Afrique de l’Ouest, elles sont au bas de l’échelle des chaines mondiales d’exercice de pouvoir de décision. La ségrégation du pouvoir et la sous-estimation du leadership des femmes dans la politique persistent, de même que les difficultés qui en résultent, à savoir la faible représentation des femmes en politique, les entraves structurelles engendrées par des institutions discriminatoires et des lois qui réduisent jusqu’à aujourd’hui leurs chances de se porter candidat à un mandat politique ou de voter, et les discriminations entre les hommes et les femmes. Le faible niveau de représentativité des femmes aux processus électoraux  il y a une vingtaine d’années a de quoi fait réfléchir à la problématique de l’engagement civique des femmes.

Quel était l’observation ? Une très faible participation. Tout ceci malgré leurs talents et compétences maintes fois démontrés en tant que agent du changement, leaders et en dépit de leur droit de participer librement et en toute égalité à la gouvernance démocratique.

Mais grâce aux nombreuses actions menées  par le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement, des jeunes femmes qu’on dit désengagées, dépolitisées, désaffiliées ou encore allergiques à la participation sociale et politique qui, par centaine de milliers, non seulement renouent ou s’initient avec des formes de protestations à travers des ateliers organisés mais redécouvrent l’intérêt crucial des bulletins de vote. Le RFLD a défini de nouvelles modalités, des formes  de participations sociales et politiques des femmes dans les affaires de la cité. L’objectif du Réseau des Femmes Leaders pour le Développement par rapport à l’engagement civique des femmes est double :

  • En premier lieu, explorer et redonner une visibilité et de multiples opportunités concrètes où les femmes peuvent exercer leur leadership autant dans les sphères domestiques, du travail et du politique.
  • Secundo, solliciter des analyses de pratiques diverses qui, à partir de l’engagement civique des femmes va cerner certaines de leurs représentations.

Pour le RFLD, les études empiriques relatives à la forte représentativité des femmes dans la politique est sans doute fondamentales pour ouvrir les yeux de la science politique, discipline malheureusement myope face à cette question, dès lors qu’elle concerne la domination masculine. Le Réseau des Femmes Leaders pour le Développement se veut donc être une plateforme qui offre aux femmes des moyens, de renouer les contacts et bénéficier des ressources nécessaires pour devenir des leaders performants, car fautes de moyens, les femmes ont de plus en plus moins de chances que les hommes de participer ou de suivre une une formation.