Situation des droits de l’homme en Afrique : La gouvernance au cœur du débat

Auteur : AGUEH Gloria Dossi (Présidente du Réseau des Femmes Leaders pour le Développement)

Les restrictions indiquent que certains pays abritent certaines des mauvaises conditions de l’espace civique, les pays étant fermés à la participation de la société civile, les gouvernements utilisant des tactiques répressives pour cibler la société civile. Les facteurs qui contribuent au mauvais respect des droits fondamentaux comprennent l’autoritarisme bien établi des gouvernements des partis dominants, les conflits armés et la faiblesse de l’État de droit. Pour la plupart des pays, les restrictions sur l’espace civique et les violations des droits de l’homme se poursuivent parce que les auteurs qui vont des responsables gouvernementaux, des groupes armés, des ailes radicales des partis politiques au pouvoir et des grandes entreprises ne sont pas tenus responsables de leurs actes et agissent souvent en toute impunité. Dans certains pays, l’environnement est hostile aux défenseurs des droits humains de la société civile qui sont toujours attaqués.

Les défenseurs des droits humains et des journalistes ont été pris pour cible par l’État et des groupes armés. Dans la plupart de ces pays, des manifestants sont tués alors qu’ils appellent à des réformes démocratiques, au respect des droits des travailleurs et manifestent contre les mesures d’austérité et les excès des États. Les défenseurs des droits humains et les représentants de la société civile sont victimes de menaces, de campagnes de dénigrement, de persécutions judiciaires et d’intimidations et nombre d’entre eux sont détenus pour leurs activités en faveur des droits humains. Des représentants d’organisations de la société civile ont été enlevés par des agents de l’État et n’ont pas été entendus, les États gardant le silence sur leur sort.

L’attaque contre les libertés fondamentales de la société civile, d’association, de réunion pacifique et d’expression, se poursuit. Ces libertés permettent aux gens de se rassembler, de débattre, de s’organiser pour une action collective, d’examiner les actions des puissants et d’exprimer leur dissidence. Un test clé de la santé de toute démocratie devrait être l’existence d’un espace permettant aux militants de la société civile et aux défenseurs des droits de l’homme de faire leur travail légitime. Cela signifie que la plupart d’entre nous vivons dans des conditions où l’on nous refuse le droit de s’organiser vers un objectif commun et de participer à la dissidence démocratique.

Les gouvernements continuent à utiliser une législation et des politiques restrictives pour restreindre la liberté d’association en augmentant la charge administrative pesant sur la société civile, ce qui empêche certaines institutions de s’enregistrer, tandis que d’autres organisations subissent le retrait de leurs certificats d’enregistrement quand ils interviennent fréquemment sur des jugés trop sensibles.

Les lois sur le terrorisme ont été utilisées de manière disproportionnée pour cibler la liberté d’association et d’expression et la législation en instance cherche à restreindre le financement et à conférer à l’État des pouvoirs absolus pour contrôler les organisations.

La société civile n’est pas la seule à faire l’objet d’attaques. Les médias indépendants sont attaqués aux côtés de la société civile en raison de leur rôle en posant des questions difficiles à ceux qui détiennent le pouvoir politique et économique et en dénonçant la corruption et la mauvaise gouvernance. Les journalistes subissent des pressions de toutes sortes, notamment des menaces, des intimidations et des agressions physiques contre eux et leurs familles.
Parallèlement aux attaques, la partialité des médias publics est largement préoccupante, tandis que la tactique de diffamation des «fausses nouvelles» qui a pris de l’importance s’est rapidement répandue à travers le monde. De nouvelles lois sont adoptées pour restreindre l’expression en ligne et les répercussions peuvent conduire à une autocensure étendue.

Le défi pour la société civile n’est pas seulement de documenter où les restrictions se produisent, mais aussi de travailler pour révéler les moteurs et les catalyseurs sous-jacents de la restriction ; offrir un récit qui parle non seulement de restriction mais aussi de riposte et d’expansion et de création d’espaces significatifs ; et de construire des réponses des citoyens locaux à mondiaux pour la défense et l’espace civique. Une opportunité est offerte par le fait que l’espace civique est devenu une préoccupation majeure de nombreuses OSC, donateurs et gouvernements, et une communauté mondiale émergente comprend que sans un espace civique activé, le développement et les droits de l’homme ne sont pas possibles.

Articles RFLGD

Written by Réseau des Femmes Leaders pour le Développement

Une organisation à but non lucratif dont la vision est de bâtir une coopération de partenariat effectif de développement à travers l’implication des acteurs étatiques et non étatiques pour promouvoir et protéger les droits des jeunes et femmes, et garantir une participation dans les sphères de décisions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :