Comment garantir la paix à travers la réduction des inégalités ?

Une route vers le développement durable et la mise en œuvre des instruments légaux pour l’égalité du genre

Auteurs: John Gbenagnon

Source : LPI

Pour garantir la paix dans la société, il est important que chaque individu cultive la tolérance, accepte la diversité qui existe entre lui et son semblable, respecte les valeurs collectives et individuelles, promeut et encourage les droits des minorités, et travaille au quotidien pour cultiver la charité.

L’égalité de genre, ou l’égalité entre hommes et femmes, recouvre la notion selon laquelle tous les êtres humains, hommes et femmes, sont libres de développer leurs aptitudes personnelles et de faire leurs propres choix, sans qu’ils ne soient contraints par les stéréotypes, la division rigide des rôles et les préjugés. [1]

L’égalité de genre signifie que les comportements, les aspirations et les besoins différents des hommes et des femmes sont pris en compte, valorisés et encouragés de manière égale. Cela ne signifie pas que les hommes et les femmes doivent devenir identiques, mais que leurs droits, leurs responsabilités et leurs opportunités ne dépendront plus du fait d’appartenir à l’un ou l’autre sexe. [2]

D’après le guide de formation de l’UNESCO sur le genre, l’égalité signifie assurer l’accès des femmes et des hommes aux mêmes chances, droits, occasions de choisir, conditions matérielles par exemple, même accès aux soins médicaux, partage des ressources économiques, même participation à l’exercice du pouvoir politique…tout en respectant leurs spécificités. [2]

De plus, les droits des femmes sont aussi des droits humains. Selon le programme d’action de Beijing[1], ils couvrent tous les aspects de la vie : santé, éducation, participation politique, bien-être économique, absence de violence, parmi beaucoup d’autres. Les femmes et les filles doivent pouvoir bénéficier du plein exercice de tous leurs droits humains dans l’égalité et d’être à l’abri de toutes les formes de discrimination car cette dimension est fondamentale pour assurer des droits humains, la paix et la sécurité, et un développement durable. [3]Parmi les pays qui constituent un exemple positif, nous avons le Rwanda, qui après avoir passé par une période génocidaire, a pu mettre en place des mécanismes spécifiquesqui ont favorisés l’augmentation de la participation politique des femmes. Au nombre de ces mécanismes, nous pourrons citer la garantie constitutionnelle, le système de quota et des structures électorales innovatrices.[4]

Ainsi, il est possible d’avoir un environnement pacifique à travers la réduction des inégalités .

Mais qu’es ce que la paix ?

«La paix est une création continue»[2].

Que ce soit dans un cadre personnel, professionnel; à l’échelle locale, régionale, nationale ou internationale,   est une quête permanente qui nécessite que des actes soient posés afin de la pérenniser.

Les nombreux conflits politiques et ethniques sur le plan international sont les éléments les plus visibles sur la scène médiatique. Mais bien au- delà de ces conflits ayant des dimensions politiques, économiques, sociales et  culturelles, beaucoup d’actes sont posés au quotidien qui sont de nature à troubler la paix existante ou à contribuer à alimenter les foyers de tensions pouvant mener au conflit.

En effet, lorsque les efforts visant à consolider la paix et à assurer la sécurité et le développement ne sont pas efficaces sur le terrain, c’est souvent parce que les dimensions de genre dans les conflits ont été négligées. [5] Elles sont souvent exacerbées par les conflits violents. Il est de plus en plus évident qu’il faut promouvoir l’égalité de genre dans la paix, la sécurité et le développement pour parvenir à une paix durable et à une stabilité sociale.

Il existe des tendances mondiales à l’inégalité entre les hommes et les femmes. Par exemple, les femmes ont tendance à subir des violences de la part de leurs partenaires plus souvent que les hommes; la participation politique des femmes et leurs représentations sont inférieure à celle des hommes; les femmes et les hommes ne disposent pas des mêmes opportunités économiques ; la majorité des femmes vivent dans des conditions de pauvreté ; une majorité des femmes et des filles travaille dans le secteur informel et sont exposés au commerce sexuel et au trafic. Tous ces problèmes doivent être résolus afin de promouvoir l’égalité du genre.[6]Bien que les politiques soient en place pour l’intégration du genre dans la paix, la sécurité et le développement, de nombreuses lacunes dans la mise en œuvre pratique demeurent.[6]Les hommes et les femmes, en raison de leurs divers rôles, responsabilités et accès au pouvoir, ont une incidence différente sur les conflits et sont affectés différemment par eux, aussi bien négativement que positivement. Cela influence donc la mesure dans laquelle ils peuvent s’adapter, transformer la dynamique des conflits et contribuer à la paix et au développement. Comprendre ces dynamiques est essentiel pour la prévention des conflits, la consolidation de la paix et le développement. Les identités et les attentes liées au genre peuvent influencer les cultures sous-jacentes de la violence et de la discrimination, qu’il faut cibler afin d’empêcher les conflits et de parvenir à la paix. En effet, il est maintenant de plus en plus admis qu’il existe un lien entre les approches sensibles au genre et des réponses aux conflits plus équitables, inclusives et durables. [7]

L’Initiative de consolidation de la paix, un projet conçu en partenariat avec le Bureau de soutien de la consolidation de la paix des Nations Unies pour partager l’information au sein de la communauté de consolidation de la paix, souligne qu’il existe deux dimensions clés pour adopter une approche basée sur le genre pour la consolidation de la paix et le règlement des conflits. Premièrement, l’approche doit reconnaître les différences entre les femmes et les hommes, en s’assurant que les intérêts et les besoins des femmes sont satisfaits. Deuxièmement, l’approche doit reconnaître les rôles clés que jouent les femmes dans la consolidation de la paix et la résolution des conflits, et de faciliter ces rôles chaque fois que cela est possible (Peacebuilding Initiative, 2009).[7]

Pour garantir la paix à travers la réduction des inégalités,  il est nécessaire de favoriser les conditions favorablesà l’indépendance et l’émancipation (« empowerment ») des femmes, ainsi que leur participation aux différents niveaux.

Cependant, une approche duale est nécessaire, consistant d’une part à soutenir spécifiquement l’autonomisation des femmes et d’autre part à intégrer l’égalité de genre dans tous les programmes et les politiques. Cela garantit que les changements de rôles et des relations peuvent être pris en compte.[8]

Outre l’insécurité physique, les femmes sont confrontées dans les situations de post-conflit à l’extrême pauvreté, à la destruction des réseaux sociaux et des mécanismes d’adaptation, aux faibles possibilités d’emploi et des moyens de subsistance, et à leur exclusion des structures politiques et de prise de décision. Si les causes insécurités physique, économique et sociopolitique des femmes ne sont pas résolues, la réalisation d’une paix durable et du développement sera compromise.

Dans des circonstances de déplacement et d’instabilité, même si les hommes et les femmes doivent s’adapter à la perte des réseaux sociaux et à la destruction des stratégies traditionnelles d’adaptation, les femmes peuvent sentir plus vivement cette perte en raison de leur plus grande implication et responsabilité dans les exigences quotidiennes de la vie familiale et communautaire. En raison qu’elles sont souvent exclues des processus de décision, que leurs droits sont davantage violés et leur accès aux ressources moindre que pour les hommes, les femmes rencontrent souvent plus de difficultés que les hommes à s’adapter à la transformation des relations sociales, politiques et économiques. [9]

D’après le Wiki Gender, au niveau mondial, la participation des femmes dans les processus de paix formels est très faible. Selon une étude de 2012, sur l’analyse de 31 processus de paix ayant eu lieu entre 1992 et 2011, seulement 4% des signataires, 2,4% des médiateur-trices et 9% des témoins étaient des femmes. [10] La sous-représentation des femmes est beaucoup plus marquée dans ces instances de négociations que dans d’autres instances publiques de prise de décision, pour lesquelles les femmes restent en sous-représentation, mais où le fossé tend à se combler de façon plus régulière. [10] Cependant, les femmes ont toujours été très actives dans les campagnes et les mobilisations publiques pour la paix auprès des gouvernements ou de groupes armés. Ce rôle informel est souvent crucial mais peu visible dans les instances formelles de négociation de la paix. [1, 11]

Il enressort que des efforts doivent encore être accomplis pour reconnaitre les femmes comme desacteurs actifs et des agents de changement dans les processus de consolidation de la paix.

Les inégalités de genre peuvent refléter de plus larges déséquilibres de pouvoir qui existent dans la société, et sont donc des indicateurs importants des niveaux de qualité et d’accès à la sécurité, à la justice et de l’émancipation économique vécus par une population donnée.

Adopter une approche de genre dans les questions de développement telles que la santé, l’éducation et la sécurité humaine pourrait contribuer à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix, notamment par l’autonomisation des femmes et en leur fournissant les compétences et les ressources nécessaires pour participer activement à la vie publique. Cela permettrait à la fois aux hommes et aux femmes d’être mieux équipés et plus résilients pour s’adapter et répondre à l’évolution des circonstances, y compris dans les situations d’insécurité et d’instabilité.

En conclusion, pourquoi les questions de genre sont-elles pertinentes pour la paix, la sécurité et le développement?

– L’analyse de genre est un outil utile qui peut nous aider à voir et à influencer les différences de pouvoir et d’identité, qui alimentent les conflits et jouent un rôle dans la création de la paix, de la sécurité et du développement

– Les engagements internationaux qui font appel à l’intégration d’une perspective de genre dans la paix et le développement, tels que la RCS 1325[3] et la CEDEF[4], doivent être respectés et mis en œuvre.

– Tant les femmes que les hommes ont le droit d’être impliqués dans la consolidation de la paix et le développement, d’en bénéficier et d’en retirer plus d’autonomie.

Pour garantir la paix à travers la réduction des inégalités, il nous faut aller vers une consolidation de la paix qui prend en compte la promotion du genre. Les processus de consolidation de la paix et de développement peuvent offrir des opportunités pour les populations affectées durant le conflit, et peuvent offrir un espace pour soutenir une redistribution plus équitable du pouvoir, des ressources et de la capacité d’influence dans les ménages, les communautés et la société dans son ensemble.

REFERENCES

1 Egalité et Equité entre les genres

Cliquer pour accéder à 121145Fo.pdf

2 Module de Formation de l’UNESCO

Cliquer pour accéder à L1final_01.pdf

3 Le Programme d’action de Beijing : inspirations d’hier et d’aujourd’hui

http://beijing20.unwomen.org/fr/in-focus/human-rights

http://www.genreenaction.net/Femmes-et-Democratie-participative-quelle-lecon.html

5 Mainstreaming Gender in Peacebuilding: A Framework for Action From the Village Council to the Negotiating Table: Women in Peacebuilding.

www.cities-localgovernments.org/uclg/upload/docs/mainstreaminggenderinpeacebuilding-aframeworkforaction.pdfaframeworkforaction.pdf

6 Gender Mainstreaming an overview

Cliquer pour accéder à e65237.pdf

7 A Gendered Approach to Peacebuilding and Conflict Resolution

8 Equal Participation of Women and Men in Decision-Making Processes, with Particular Emphasis on Political Participation and Leadership

Cliquer pour accéder à FinalReport.pdf

9 Women and Post-Conflict Reconstruction: Issues and Sources, Birgitte S ̄rensen

Cliquer pour accéder à opw3.pdf

10 ONU Femmes, « Participation des femmes aux négociations de paix : Présence et influence », aoûthttp://www.unwomen.org/~/media/Headquarters/Media/Publications/fr/WPSsourcebook-03A-WomenPeaceNegotiations-fr%20pdf.pdf

11 ONU Femmes, « Prévenir les Conflits, Transformer la Justice, Obtenir la Paix », Étude mondiale sur la mise en œuvre de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies,2015 http://wps.unwomen.org/~/media/files/un%20women/wps/highlights/language%20version%20of%20global%20study/unw-global-study-1325-2015-fr.pdf


[1]http://beijing20.unwomen.org/fr/about

[2]RaymondPoincaré

[3]Résolution 1325 du Conseil de Sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité

[4]La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW)

(1 commentaire)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :