Engagement de la société civile Ouest Africaine pour la mise en œuvre des instruments juridiques pour l’égalité des sexes

Auteur: AGUEH Dossi Sekonnou Gloria – Présidente du Réseau des Femmes Leaders pour le Développement

2020 est l’année au cours de laquelle la communauté internationale marque le vingt-cinquième anniversaire de la quatrième conférence mondiale sur les femmes et de l’adoption de la déclaration et de la plate-forme d’action de pékin (1995).  Une étape importante sera franchie dans la réalisation des objectifs de développement durable de l’agenda 2030.

2020 est donc une année charnière pour accélérer la réalisation de l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles, partout dans le monde.

Les organisations de la société civile (OSC) ont joué un rôle essentiel dans l’élaboration et la formation des instruments internationaux et régionaux relatifs aux droits des femmes. Malgré ces contributions, les droits des femmes sont menacés par diverses décisions politiques et agendas visant à restreindre, réduire et miner la capacité des femmes à jouir pleinement de leurs droits.

Les États parties ont abdiqué leur rôle de mettre en œuvre et d’intégrer les diverses dispositions du traité sur les droits des femmes. Les groupes vulnérables et marginalisés continuent d’avoir peu accès à la protection de la loi, malgré l’existence d’instruments régionaux consacrant les droits fondamentaux.

Les femmes continuent de faire face à des obstacles structurels, administratifs et juridiques à la pleine jouissance de leurs droits. Les institutions chargées de protéger ces droits au niveau sous-régional sont également limitées par le manque de coordination et les dispositions restrictives d’accès individuel, entre autres facteurs inhibiteurs.

Rappelons qu’au vu des préoccupations concernant le coronavirus qui touche le monde entier, la commission de la condition de la femme s’était réunie en mars, pour suspendre la session jusqu’à nouvel ordre. Mais cette situation ne devrait pas nous faire perdre de vue l´objectif ni les avancées réalisées jusqu’à ce jour.

Nous sommes convaincues que c’est la meilleure saison pour continuer et intensifier le plaidoyer pour l´accélération des actions gouvernementales en faveur de l’égalité du genre en Afrique de l’Ouest.

Il existe des opportunités pour accroître le rôle des OSC dans la promotion et la protection des droits des femmes, notamment l’intérêt croissant des OSC pour les mécanismes régionaux des droits des femmes et la manière dont ils peuvent être utilisés efficacement. Ces mécanismes, y compris la CEDEF, le Protocole de Maputo, la Résolution 1325, Déclaration et Programme d’Action de Pékin sont ouverts à la participation de la société civile. Cependant, il est possible d’améliorer considérablement la participation de la société civile afin de garantir que ces mécanismes aient un plus grand impact aux niveaux régional, sous-régional, national et local.

C´est dans ce même ordre d´idées que les organisations des droits des femmes entreprennent un examen et une évaluation des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la résolution de pékin en Afrique.

Examens nationaux

Au début de 2019, les États membres de l’ONU ont été invités à entreprendre des examens nationaux complets impliquant de vastes consultations avec les différentes parties prenantes, en particulier les organisations de défense des droits des femmes. Les examens comprennent une évaluation des progrès accomplis et des défis rencontrés dans la mise en œuvre de la Déclaration de Beijing et de la manière dont cela affecte l’égalité des sexes, l’autonomisation des femmes et des filles, et sa contribution à la pleine réalisation des objectifs de développement durable, en particulier par le biais d’un genre la perspective.

Les rapports couvrent les tendances, les réalisations et les lacunes et défis restants ainsi que les plans futurs pour accélérer la mise en œuvre au niveau national.

À ce jour, 138 États membres ont soumis des rapports nationaux.

Comment s’engager:

Examiner les rapports d’examen du gouvernement.
Collaborez avec d’autres organisations de défense des droits des femmes pour rédiger un rapport parallèle mettant en évidence les perspectives de la société civile et féministes que votre rapport gouvernemental aurait pu ignorer.

Articles RFLGD

Written by Réseau des Femmes Leaders pour le Développement

Une organisation à but non lucratif dont la vision est de bâtir une coopération de partenariat effectif de développement à travers l’implication des acteurs étatiques et non étatiques pour promouvoir et protéger les droits des jeunes et femmes, et garantir une participation dans les sphères de décisions

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :